Hier, quelques jours après le gros savon passé à une de mes classes de 3ème (suite à leur désastreux conseil de classe), E. vient me voir avec une lettre de motivation à la main.
  La motivation, c'est pourtant clairement ce qui lui manque, à E. Pas faute d'essayer régulièrement de raccrocher les wagons. Et d'arrêter d'essayer aussi régulièrement.
   Mais là, il voulait que "je l'aide", parce que je suis prof de français, et que les lettres, c'est forcément mon truc. Je lui dis oui et on se fixe une heure pour mettre ça au propre.

   Aujourd'hui, il passe un nez dans ma salle :
- Je vous ai pas vue hier madame !
- J'étais pourtant en salle des profs...
- Ah mais je vous ai cherchée ici moi !
- Bon, pas grave, elle doit être finie pour quand cette lettre ?
- Ben en fait je l'ai envoyée il y a déjà trois jours...
- Mais alors pourquoi tu veux qu'on la corrige ? (là, j'avoue, j'ai beau chercher, je ne comprends pas)
- Euh... parce que ma tante elle a dit que c'était important de la faire corriger. Alors je suis venu.

   A ce moment-là, je n'ai pas trop su que dire. Mais c'est E. Alors j'ai souri et je lui ai dit : "Évidemment, on va la corriger cette lettre. Ça peut toujours servir." Parce que je soupçonne E d'avoir besoin d'un peu de réconfort grammatical et syntaxique, rien que pour lui, parce qu'il le vaut bien.

Et vous savez quoi ? Ça m'enchante littéralement.